Le collège Saint Michel Garicoitz

 

 

1941 :

L’occupation allemande, les réquisitions, le rationnement, plusieurs dizaines de camboars sont prisonniers de guerre en Allemagne. Au milieu de cette grisaille, dans l’indifférence, un chantier de construction s’ouvre derrière la villa Etchegorria. Les habitants du quartier, bien moins nombreux que de nos jours car la plupart des immeubles bordant aujourd’hui les allées Rostand n’existaient pas, n’y prêtent guère attention. Tout au plus pensent-ils « Monsieur le Curé construit sans doute une salle pour les jeunes filles ! ». En effet la villa Etchegorria, qui est propriété de la paroisse, sert à la fois d’habitation pour les deux vicaires et de patronage pour les jeunes filles. Il faut dire que, de ce temps, les projets des curés ne sont pas comme aujourd’hui annoncés, encore moins débattus au sein de comités ou conseils de laïcs ; tout au plus un ou autre mécène est-il informé.

La construction n’avance pas vite, car les matériaux sont rares et contingentés : c’est la guerre ! Nous sommes en 1942 lorsqu’elle est achevée. Elle se présente comme une vaste salle en longueur. Un petit fronton de pelote est adossé à la façade ouest. Jusque là l’hypothèse d’un local de patronage reste plausible ; mais elle n’est pas la bonne.

Courant 1942 :

M. le Curé Verdun, car c’est lui le curé de la paroisse de Cambo, fait part à l’évêché de sa décision d’ouvrir dans ce bâtiment une école chrétienne de garçons et demande la désignation d’un vicaire-instituteur. Un premier prêtre est pressenti, mais il se récuse.

Cependant le temps passe et le curé s’impatiente. Finalement il obtient satisfaction et le 21 août, c’est-à-dire six semaines à peine avant la rentrée – car de ce temps les « grandes vacances » s’achèvent et la rentrée des classes a lieu le 1er octobre – donc le 21 août l’abbé Pascassio-Comte, un luzien, jusque là professeur au collège d’Hasparren est informé par le chanoine Lamy, inspecteur de l’enseignement libre, que Mgr l’Evêque l’a désigné pour ouvrir et diriger l’école de Cambo.
Il est grand temps car les formalités de déclaration d’ouverture d’école, longues et complexes, restent à faire.

En se lançant dans cette construction le curé Verdun avait engagé une grosse dépense, mais il n’avait sans doute pas réuni les ressources suffisantes. Alors il décida d’organiser une kermesse. Celle-ci n’eut certes pas l’ampleur de nos kermesses d’aujourd’hui, mais ce fut la première kermesse de Cambo. Elle se déroula autour de la villa Etchegorria dans le courant du mois de juillet par un beau dimanche ensoleillé. Une partie de pelote à main nue fut disputée sur le petit fronton entre quatre amateurs de Cambo ; parmi eux les défunts J.B. Camadro et Xemartin Jaureguy. Quelques stands offraient entre autres choses des produits fermiers, fort appréciés du public, car les denrées alimentaires étaient rationnées.

Dès sa nomination, c’est-à-dire à la fin du mois d’août, l’abbé Pascassio-Comte rejoignit Cambo, où il eut la désagréable surprise de trouver le bâtiment de l’école pas tout à fait achevé. C’était une grande salle, toute en longueur ; genre salle de patronage comme dit plus haut. Cependant deux cloisons furent rapidement montées, délimitant deux vastes salles de classe séparées par un vestiaire. Pendant ce temps, le curé Verdun qui avait officiellement annoncé à ses paroissiens l’ouverture de l’école, entreprit, en compagnie de l’abbé Pascassio-Comte, la visite des familles ayant des enfants d’âge scolaire. L’accueil fut chaleureux en certains foyers, réservé et même froid en d’autres.

Vendredi 2 octobre 1942

L’inauguration de l’école a lieu le jour même de la rentrée, et de façon fort simple : maîtres et élèves rangés dans la cour ; un petit mot du curé qui bénit ensuite les lieux, puis prise de possession des locaux. Encore avait-il fallu attendre le curé, qui, auparavant avait dû célébrer une messe d’enterrement et conduire le corps au cimetière, à pied, au rythme du cheval tirant le corbillard comme cela se passait alors.

L’école avait deux classes, environ vingt élèves par classe, deux enseignants : l’abbé Pascassio-Comte, vicaire-instituteur et directeur et une institutrice adjointe, bayonnaise, Mlle Jeanne Fouquet. A la fin de la première année scolaire – début modeste mais réussi – un élève présenté au Certificat d’Etudes (l’examen qui à l’époque sanctionnait la fin des étude primaires), un reçu.

A la rentrée de 1943

Melle Maïté Bidegainberry, originaire d’Ostabat, devient adjointe succédant à Melle Fouquet. Deux ans après, elle est elle-même remplacée par Melle Léa Doustau, originaire des Hautes-Pyrénées, pédagogue remarquable dont l’école bénéficia pendant de longues années jusqu’à son décès en 1964 et dont les nombreux anciens élèves gardent le meilleur souvenir.

L’abbé Pascassio-Comte assura la direction de l’école pendant dix années. Après son départ, lui succédèrent :

  • de 1952 à 1955, l’abbé Marcel Errecaret, originaire de Soule,
  • de 1955 à 1958, l’abbé Yves Lacrambe, un bayonnais,
  • de 1958 à 1959, un autre souletin, l’abbé Jean Epherre.

Enfin en 1959

C’est l’abbé Martin Larroque qui devient directeur. Il le demeurera après la transformation de l’école en collège, jusqu’en 1980. C’est en effet sous la direction de l’abbé Larroque, qu’une évolution importante se produit. Autour de l’année 1960, toute une législation nouvelle intervient : prolongement de la scolarité obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans, établissement de la mixité dans toutes les écoles, création des collèges dispensant l’enseignement de la 6e à la 3e, ouverture de ces collèges aux élèves des communes voisines et ramassage scolaire.

En 1974

L’école St Michel devient alors le collège mixte St Michel et les garçons de l’école primaire sont regroupés avec les filles de l’école Ste Marie.

Tous ces changements ont eu pour effet un accroissement notable des effectifs et de créer des besoins nouveaux en locaux. C’est à M. le curé Barneche, qui a succédé au curé Verdun à la tête de la paroisse de Cambo, qu’incombera la lourde charge du financement de la construction de nouvelles classes et de l’achat de classes préfabriquées.

En 1982, Monsieur Guy Kelmant pris la direction du collège jusqu'en 2004. Il confia alors les rennes de l'établissement à  Monsieur Erramouspé qui les transmit à son tour en septembre 2016 à Madame Labarthe Parra.

Agenda

Nos Actualités

Travaux d'agrandissement de l'établissement

La construction du nouveau bâtiment se terminera entre le mois de Mai et Juin 2018 pour être opérationnel à la rentrée prochaine. De nouveaux toilettes ainsi qu'un nouvel emplacement pour la vie scolaire viendront parfaire cette phase de travaux.

Un atelier rubgy est proposé aux élèves en vue de

l'ouverture d'une section rugby à la rentrée prochaine.

Calendrier de fin d'année
 

L'étude du soir se termine le jeudi 21 juin.

Pour les 6ème et les 5ème : fin des cours le mardi 26 juin au soir.

Pour les 4ème : fin des cours le vendredi 22 juin au soir. Session de préparation au PSC1 les 25, 26, 28 et 29 juin suivant le planning établi des formateurs.

Pour les 3ème : fin des cours le vendredi 22 juin au soir. Semaine aménagée de révisions les 25 et 26 juin.

 

Contactez-nous au

05 59 29 70 60

 

Du lundi au vendredi

De 8h30 à 17h30

Nous contacter


 

 Une lipdub pour découvrir le collège

 


Nuage de mots

Lecteur flash ou javascript absent.
Retour en haut